©PaceoCharlie Haden a dit d’elle : « Elle m’a immensément impressionné par son talent, sa musicalité et son dévouement à sa forme d’art. Son style personnel et son si particulier font d’elle une musicienne unique. »

Née en 1984, batteuse sans frontières et globe trotteuse, Anne Paceo est portée depuis son plus jeune âge par un besoin viscéral, insatiable et inaltérable de jouer, créer, partager. Cette passion l’a amenée à jouer dans plus de 41 pays sur les 5 continents, avec les plus grands musiciens, à remporter une Victoire de la Musique (jazz) ou encore à publier 4 disques en leader salués par la critique, dont le premier à 24 ans.

Anne a grandi dans un environnement artistique, élevée par une mère peintre et un père guitariste amateur. Elle passe les premières années de sa vie à Daloa en Côte d’Ivoire, bercée par les percussions des grands maitres qui répètent à côté de la maison familiale. De cette enfance elle ne se rappelle que de sensations et d’émotions, l’odeur de la pluie sur la terre rouge, l’odeur du beurre de karité sur la peau de sa nounou, la joie procurée par le rythme, l’air moite et chargé d’humidité.

Accompagnatrice recherchée, on peut l’entendre sur scène depuis ses 19 ans avec les grands noms de la scène jazz française et internationale (Christian Escoudé, Rhoda Scott, Michel Legrand, Yaron Herman, Rick Margitza, Henri Texier, Andy Sheppard, Alain Jean-Marie, Riccardo Del Fra, Philippe Catherine, Emmanuel Bex, Dan Tepfer, Raphael Imbert, Norbotten Big Band, European Jazz Orchestra, …) mais aussi de la scène rock indépendante française (Jeanne Added, Mélissa Laveaux, China Moses…) ou de la musique du monde ( Lena Chamamyan, Myanmar meets Europe,…)

A 21 ans elle intègre la classe jazz du Conservatoire National Supérieur de Paris où elle fait la rencontre de celui qu’elle considère comme son maitre, le batteur Dré Pallemaerts. Durant ces 4 ans d’études Dré ne lui parle que très peu de son instrument. Il lui enseigne la concentration, comment entrer dans le son, comment être musique, comme trouver la note juste, le geste juste, comment incarner chaque note, faire chanter l’instrument. Cette rencontre va littéralement marquer sa façon d’aborder la batterie ainsi que de la composition.  « Quand j’écris un nouveau morceau la première chose qui vient c’est toujours la mélodie. J’écris beaucoup en chantant. Ma musique est souvent reliée à des expériences, des rencontres, des mouvements intérieurs, des endroits qui m’ont marquée. Je raconte des histoires, mes histoires, sans forcement mettre des mots dessus. Pour moi la musique doit avant tout parler aux sens.»

Anne Paceo bénéficie du sponsorship de 3 grandes marques, Yamaha pour les batteries, Bosphorus pour les cymbales et Vater pour les baguettes ainsi que du soutien de la Fondation BNP Paribas pour le développement de ses projets musicaux et de l’accompagnement de carrière de la Sacem.